Claire-Emmanuelle Soubrier | Jeux en bois peints
jeu en bois, jeu de toc, jeu de carte
164
single,single-portfolio_page,postid-164,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-0.9,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.5,vc_responsive

Jeux en bois peints

A propos de cette galerie

Le jeu de Toc

Un jeu de société familial peu connu mais vraiment génial ! Se joue en deux équipes de 2 qui s’affrontent dans des parties stratégiques. Accessible dès 6-7 ans, on devient vite accro quelque soit l’âge !

 

Sont fournis : un plateau de jeu (chêne ou peuplier) gravé et peint, un jeu de 54 cartes et 16 pions dans un petit sac en tissu.

Prix à partir de 55 euros selon personnalisation et choix du bois.

 


La règle 

Nombre de joueurs : 4 (2 équipes de 2)

But du jeu : la première équipe qui fait rentrer ses 8 pions dans ses 2 « écuries » au centre du plateau a gagné !

Préparation du jeu : les équipiers s’assoient face-à-face et installent leurs pions dans les 4 carrés juste devant eux (= leur « base »). Distribuer 5 cartes par joueur au premier tour (puis 4 aux tours suivants).

Les cartes :

–        Roi : fait sortir de sa base ou avancer de 13 cases.

–        As : fait sortir de sa base ou avancer d’une case.

–        Le 4 fait uniquement reculer de 4 cases.

–        Valet : permet d’échanger l’un de ses pions avec n’importe quel autre pion sur le circuit (sauf un pion qui est juste sorti devant sa base).

–        Le 7 peut être décomposé, et ainsi : faire avancer plusieurs pions, au passage manger les pions des cases sur lesquelles il passe ou s’arrête ; rentrer au fond de son écurie sans compter jusqu’à 7 si on n’a pas d’autre pion sur le plateau ; terminer de rentrer son dernier pion, et jouer les chiffres restants jusqu’à 7 pour faire avancer son coéquipier.

–        Toutes les autres cartes font avancer de leur valeur (sauf 4 et Valet), et ainsi Dame = +12.

Déroulement du jeu :

–        Celui qui a distribué le jeu pose le paquet de cartes restantes sur sa gauche, et c’est son voisin de gauche qui distribuera les cartes au tour suivant, et ainsi de suite.

–        Au sein de chaque équipe, échanger avec son coéquipier une carte, que l’on donne face cachée. Lorsque les 2 coéquipiers ont échangé leurs cartes, chacun peut regarder la sienne. Dans la mesure du possible, donner une carte qui arrange son coéquipier.

–        Le joueur à gauche du distributeur commence à jouer.

–        Faire le tour du plateau dans le sens des aiguilles d’une montre.

–        Si un joueur ne peut pas sortir de pion, il défausse une carte au centre du plateau pour laisser du suspens, ou tout son jeu d’un coup s’il préfère.

–        Rentrer l’ensemble de ses pions dans son écurie, puis jouer pour son coéquipier pour faire rentrer ses pions également.

Attention :

–        A chaque fois qu’une carte est jouée, elle est placée par le joueur au centre du plateau et vient constituer la défausse. Quand toutes les cartes ont été défaussées, on reprend la défausse, on la mélange, et on recommence à distribuer les cartes (5 puis 4).

–        Un pion placé devant un autre le bloque, sauf si le suivant peut s’arrêter juste sur sa case : dans ce cas, il le « mange », et le pion mangé retourne dans son écurie.

–        Il est possible de sortir autant de pions que l’on veut en même temps.

–        Si on ne peut pas jouer (pas sortir, pas avancer un pion bloqué par un autre), on défausse une carte au centre du plateau.

–        Un pion qui vient juste de sortir et qui est juste devant sa base est indéboulonnable, ne peut être mangé, et bloque tous les pions qui arrivent derrière, tant qu’il n’a pas bougé.

–        Si on a fait un tour de plateau, et que l’on arrive devant sa base sans pouvoir y rentrer, on doit recommencer un tour de plateau.

Ruses :

–        Tactique : sortir son pion avec un Roi ou un As, au coup suivant, jouer un 4 pour reculer de 4 cases (et c’est comme si on avait fait un tour complet de plateau), ou 3e coup, utiliser une carte entre 5 et huit pour rentrer dans sa base.

–        Feinte : il est possible de défausser une ou plusieurs cartes que l’on ne souhaite pas jouer si l’on n’a aucun pion en jeu capables à ce moment d’effectuer les actions des cartes défaussées. Par exemple, défausser 4 cartes, chacune à mon tour, et sortir un As en dernier pour sortir un pion et espérer avoir un 4 et un 8 lors de la distribution de cartes suivante pour entrer directement sans faire tout le tour du plateau.

Fin du jeu : Lorsque deux équipiers ont rentré tous leurs pions dans leurs 2 écuries.

Keep calm and play toc